Chambre à cathéter implantable

Définition

La chambre implantable ou chambre à cathéter implantable (CCI) est un réservoir d’accès vasculaire central, implanté sous la peau, pour l’injection de médicaments.

Cadre législatif

  • Prélèvements sanguins relevant du rôle sur prescription médicale : art. R.4311-7 décret 2004-802 du 29/07/2004.
  • Injections relevant du rôle sur prescription médicale : art. R.4311-7 décret 2004-802 du 29/07/2004.
  • Surveillance relevant du rôle propre infirmier : art. R. 4311-5 décret 2004-802 du 29/07/2004.

Objectifs

  • Accès répété au système vasculaire.
  • Réalisation de traitement ambulatoire.
  • Augmenter le confort du patient.
  • Réduire le risque infectieux.

Indications

  • Préserver le capital veineux.
  • Injections et perfusions médicamenteuses en continues.
  • Chimiothérapie anti-cancéreuse.
  • Alimentation parentérale.
  • Faire des prélèvements sanguins.

Contre-indications

  • Allergie au silicone.
  • Trouble de la coagulation.
  • Compression vasculaire.
  • Hémophilie.

Descriptif de la chambre implantable

La chambre implantable est constituée de 3 parties :

  • La chambre ou réservoir composé du septum en silicone : partie supérieur où sont faites les injections, constituée d’une membrane en silicone auto-obstructive.
  • Le cathéter : en silicone ou en polyuréthane radio-opaque qui relie la chambre au réseau veineux, il est fixé à la chambre par un système de verrouillage en acier.
  • Le système de verrouillage.

Les lieux d’implantation

  • Thoracique : veine sous-clavière ou veine jugulaire.
  • Iliaque : veine iliaque, veine cave inférieur.
  • Intra artériel : in situ à un organe.
  • Intra péritonéal : dans le péritoine.
  • Intra rachidien : pour un traitement antalgique, canal arachnoïdien.

Risques et Complications

  • Infection :
    • Asepsie rigoureuse, environnement propre, matériel stérile à usage unique.
    • Désinfection de la peau.
    • Mettre un masque au patient et lui faire tourner la tête.
  • Risque de retournement de la chambre implantable :
    • Avant de la manipuler, repérer obligatoirement la chambre entre 2 doigts.
    • Pour piquer, ne jamais lâcher la chambre et toujours la maintenir.
    • Pour dépiquer, ne jamais lâcher la chambre et toujours la maintenir.
  • Thrombose veineuse ou obstruction du cathéter :
    • Avant d’injecter, s’assurer de la perméabilité du cathéter, vérifier le reflux à chaque manipulation, après le reflux, faire un rinçage abondant.
    • Remplir une seringue de sérum physiologique et pousser : si résistance, il y a obstruction, ne plus pousser.
    • Toujours rincer les chambres abondamment au moment du débranchement, du branchement et entre chaque traitement.
  • Risque d’extravasation : épanchement de produit injecté en dehors de la chambre avec diffusion dans les tissus péri-vasculaires.
  • Risque de désunion du cathéter et de la chambre.
  • Risque d’embolie gazeuse :
    • Toujours travailler avec du matériel purgé.
    • Toujours manipuler en système clos.
    • Prendre systématiquement des seringues à pas de vis.

Réalisation du soin : les règles de manipulation d’une chambre implantable

  • Toujours utiliser une aiguille à pointe de Huber : biseau tangentiel afin d’éviter d’enlever une carotte du septum de la chambre implantable.
  • Utiliser une seringue à verrou : évite les problèmes d’étanchéité.
  • Utiliser une seringue supérieur ou égale à 10 ml : pour ne pas exercer une pression trop forte qui pourrait entraîner une rupture du cathéter.
  • Maintenir le système fermé et en pression continue : pour éviter une embolie gazeuse et le reflux sanguin dans le cathéter (risque de coagulation).
  • Maintenir fermement la chambre entre deux doigts lors des manipulations : permet d’avoir un geste précis et efficace. Evite le retournement du boîtier et des douleurs.
  • Piquer perpendiculairement : pour éviter de léser la membrane et la rendre perméable.
  • Piquer jusqu’à la butée de l’aiguille : pour être certain d’injecter dans la chambre.
  • Injecter du sérum physiologique avant toute injection médicamenteuse : diminue les risques liés à l’extravasation et les obstructions.
  • Injecter sans exercer de pression trop forte : pour ne pas dépasser un éventuel thrombus ou de créer une rupture du cathéter.
  • Vérifier l’état cutané avant tout soin : diminue le risque infectieux.
  • Rincer la chambre après chaque manipulation : évite l’apparition d’un thrombus qui nuirait à la perméabilité du cathéter.
  • Alcoolisation après passage de nutrition parentérale : évite l’obstruction du cathéter.
  • Tout retrait d’aiguille de Huber ou gripper se fait en pression positive.

Conduite à tenir en cas d’extravasation

  • Arrêter la perfusion mais ne pas dépiquer.
  • Prévenir le médecin.
  • Délimiter les contours du territoire extravasé par un crayon dermographique indélébile.
  • Conserver le dispositif d’injection en place.
  • Aspirer 3 à 5 ml de sang pour retirer le maximum de produit anticancéreux.
  • Injecter 5 à 10 ml de sérum physiologique afin de diluer le médicament.
  • Puis aspirer à l’aiguille courte le maximum de produit infiltré.
  • Retirer le dispositif d’injection.

Réalisation du soin : le prélèvement sanguin sur une chambre implantable

Matériel

  • Compresses stériles.
  • Produits pour l’antisepsie :
    • Respecter les mêmes gammes de produit : polyvidone iodée ou chlorexidine.Savon antiseptique.
    • Sérum physiologique ou eau stérile.
      • Antiseptique dermique.
  • Champ stérile fenestré.
  • Pansement stérile.
  • Aiguille de Huber.
  • 3 seringues stériles : 5 mL, 20 mL, 20 mL.
  • 3 aiguilles pompeuses (rose : 18 Gauge).
  • Un prolongateur muni d’un robinet à 3 voies.
  • Sérum physiologique isotonique : 50 mL
  • Utiliser de préférence une poche pour perfusion puisque celle-ci est stérile dans son emballage.
  • Ou des ampoules de sérum physiologique isotonique.
  • 1 ampoule d’héparine de rinçage sur prescription médicale ou protocole.
  • Système de prélèvement :
    • Corps de pompe à usage unique (vacutainer).
    • Adaptateur stérile à usage unique pour corps de pompe.
    • Ou seringue stérile.
    • Tube(s) de prélèvement sous vide pour analyses (prévoir 2 tubes secs supplémentaire pour purger la ligne).
  • Étiquettes laboratoire d’identification patient.
  • Bons d’analyses laboratoire, avec pochette de transport.
  • 2 bavettes.
  • Gants stériles.
  • Sac à élimination des déchets.
  • Conteneur à déchets contaminés piquants et tranchants.
  • Désinfectant de surface et chiffonnette.
  • Nécessaire à l’hygiène des mains.

Réalisation du soin

La manipulation de la ligne de perfusion, du robinet ou d’une rampe de perfusion se fait toujours avec des compresses stériles imbibées d’antiseptique puisque les antiseptiques diminuent la colonisation des embases du cathéter : une dessous pour tenir le dispositif, une autre pour tourner le robinet et manipuler les bouchons.

La manipulation de la ligne de perfusion, du robinet ou d’une rampe de perfusion se fait toujours après un lavage antiseptique des mains.

  • Vérifier la prescription médicale.
  • Prévenir le patient.
  • Mettre une bavette. Mettre la deuxième bavette au patient.
  • Installer le patient torse nu, lui mettre une bavette, lui demander de tourner la tête du coté opposé à la chambre implantable.
  • Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique.
  • Installer le matériel après vérification des dates de péremptions et de l’intégrité des emballages.
  • Installation sur une surface propre et désinfectée au préalable.
  • Installer les poubelles de tri des déchets au pied du lit du patient.
  • Respecter le triangle d’hygiène, de sécurité et d’ergonomie : Propre (matériel) – Patient – Sale (poubelles).
  • Ouvrir le champ des gants stériles et y déposer aseptiquement le matériel : aiguille de Huber, prolongateur, seringues, aiguilles pompeuses, poche pour perfusion de sérum physiologique, champ stérile fenestré.
  • Ouvrir aseptiquement les paquets de compresses et les imbiber avec le savon antiseptique (mettre un peu de sérum ou eau sur le savon antiseptique afin de le diluer), le sérum physiologique, l’antiseptique dermique, laisser un paquet de compresses sèches.
  • Effectuer un lavage antiseptique des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique.
  • Mettre les gants stériles.
  • Préparer le matériel :
  • Remplir la seringue de 5 mL avec l’héparine de rinçage en manipulant l’ampoule avec une compresse stérile pour ne pas se déstérilisé.
  • Remplir les seringues de 20 mL de sérum physiologique isotonique (si utilisation d’ampoules, les manipuler avec une compresse stérile pour ne pas se déstérilisé).
  • Adapter l’aiguille de Huber au prolongateur.
  • Adapter une seringue de 20 mL à l’un des robinets du prolongateur.
  • Purger le dispositif avec le sérum physiologique, ne pas utiliser les 20 mL. Fermer le robinet mais laisser la seringue sur celui-ci.
  • Pratiquer une première désinfection large autour de la chambre implantable en 2 temps :
  • Aller de l’extérieur vers l’intérieur = faire un côté, l’autre côté et terminer par le milieu (site de ponction).
  • Ne jamais repasser à un même endroit.
  • Utiliser une compresse par passage puis la jeter dans le sac à déchets contaminés.
  • Respecter le temps de contact de l’antiseptique : risque de faux résultat par injection dans le circuit de prélèvement.
  • Nettoyer avec le savon antiseptique.
  • Rincer avec le sérum physiologique ou l’eau stérile.
  • Sécher avec des compresses stériles sèches.
  • Installer le champ stérile fenestré sur le thorax du patient.
  • Effectuer une seconde antisepsie de la chambre :
  • Aller de l’extérieur vers l’intérieur = faire un côté, l’autre côté et terminer par le milieu (site de ponction).
  • Ne jamais repasser à un même endroit.
  • Utiliser une compresse par passage puis la jeter dans le sac à déchets contaminés.
  • Respecter le temps de contact de l’antiseptique : risque de faux résultat par injection dans le circuit de prélèvement.
  • Antiseptique dermique.
  • Maintenir la chambre entre le pouce et l’index, piquer perpendiculairement dans le septum de la chambre avec l’aiguille de Huber, jusqu’à la butée de l’aiguille.
  • Ouvrir le robinet et vérifier le reflux : aspirer du sang dans le prolongateur et rincer la ligne.
  • Fermer la voie, retirer et jeter la seringue dans le container à déchets contaminés.
  • Adapter le corps de pompe au robinet, ouvrir la voie et purger la ligne avec les tubes de purges, les jeter.
  • Prélever les tubes d’analyses et refermer la voie :
  • Introduire les tubes de prélèvements selon un ordre précis (critère de bon prélèvement) : voir la fiche Ordre de prélèvement des tubes d’analyses biologiques.
    • Selon la prescription ou le protocole, injecter 5 mL d’héparine de rinçage.
    • Adapter la seconde seringue de 20 mL, injecter 10 mL de sérum physiologique pour rincer la voie.
    • Puis dépiquer tout en exerçant une pression positive : c’est à dire, dépiquer en injectant les 10 mL restant.
    • Jeter immédiatement l’aiguille dans le container à déchets contaminés piquants.
    • Réaliser une troisième antisepsie de la peau avec l’antiseptique dermique.
    • Mettre un pansement.
  • Réinstaller le patient.
  • Eliminer les déchets contaminés et désinfecter le matériel utilisé ainsi que le plan de travail.
  • Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique : hygiène des mains.
  • Vérifier la concordance des étiquettes et de l’identité du patient puis étiqueter les tubes d’analyses, remplir les bons d’analyse et acheminer les tubes au laboratoire d’analyse.

Réalisation du soin : l’injection ou perfusion sur une chambre implantable

Matériel

  • Compresses stériles.
  • Produits pour l’antisepsie :
  • Respecter les mêmes gammes de produit : polyvidone iodée ou chlorexidine.
  • Savon antiseptique.
  • Sérum physiologique ou eau stérile.
  • Antiseptique dermique.
  • Champ stérile fenestré.
  • Pansement occlusif stérile transparent (Opsite®, Tegaderm®).
  • Aiguille de Huber.
  • 3 seringues stériles : 5 mL, 20 mL, 20 mL.
  • 3 aiguilles pompeuses (rose : 18 Gauge).
  • Un prolongateur muni d’un robinet à 3 voies.
  • Produit à injecter.
  • Présentation du produit :
  • Seringue stérile de 1 mL à 20 mL en fonction de la quantité du produit à injecter.
  • Poche pour perfusion avec tubulure.
  • Sérum physiologique isotonique : 50 mL
  • Utiliser de préférence une poche pour perfusion puisque celle-ci est stérile dans son emballage.
  • Ou des ampoules de sérum physiologique isotonique.
  • 1 ampoule d’héparine de rinçage sur prescription médicale ou protocole.
  • 2 bavettes.
  • Gants stériles
  • Sac à élimination des déchets.
  • Conteneur à déchets contaminés piquants et tranchants.
  • Désinfectant de surface et chiffonnette.
  • Nécessaire à l’hygiène des mains.

Réalisation du soin

La manipulation de la ligne de perfusion, du robinet ou d’une rampe de perfusion se fait toujours avec des compresses stériles imbibées d’antiseptique puisque les antiseptiques diminuent la colonisation des embases du cathéter : une dessous pour tenir le dispositif, une autre pour tourner le robinet et manipuler les bouchons.

La manipulation de la ligne de perfusion, du robinet ou d’une rampe de perfusion se fait toujours après un lavage antiseptique des mains.

  • Vérifier la prescription médicale.
  • Prévenir le patient.
  • Mettre une bavette. Mettre la deuxième bavette au patient.
  • Installer le patient torse nu, lui mettre une bavette, lui demander de tourner la tête du coté opposé à la chambre implantable.
  • Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique.
  • Installer le matériel après vérification des dates de péremptions et de l’intégrité des emballages.
  • Installation sur une surface propre et désinfectée au préalable.
  • Installer les poubelles de tri des déchets au pied du lit du patient.
  • Respecter le triangle d’hygiène, de sécurité et d’ergonomie : Propre (matériel) – Patient – Sale (poubelles).
  • Ouvrir le champ des gants stériles et y déposer aseptiquement le matériel : aiguille de Huber, prolongateur, seringues, aiguilles pompeuses, poche pour perfusion de sérum physiologique, champ stérile fenestré.
  • Ouvrir aseptiquement les paquets de compresses et les imbiber avec le savon antiseptique (mettre un peu de sérum ou eau sur le savon antiseptique afin de le diluer), le sérum physiologique, l’antiseptique dermique, laisser un paquet de compresses sèches.
  • Effectuer un lavage antiseptique des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique : hygiène des mains.
  • Mettre les gants stériles.
  • Préparer le matériel :
  • Remplir la seringue de 5 mL avec l’héparine de rinçage en manipulant l’ampoule avec une compresse stérile pour ne pas se déstérilisé.
  • Remplir les seringues de 20 mL de sérum physiologique isotonique (si utilisation d’ampoules, les manipuler avec une compresse stérile pour ne pas se déstérilisé).
  • Adapter l’aiguille de Huber au prolongateur.
  • Adapter une seringue de 20 mL à l’un des robinets du prolongateur.
  • Purger le dispositif avec le sérum physiologique, ne pas utiliser les 20 mL. Fermer le robinet mais laisser la seringue sur celui-ci.
  • Pratiquer une première désinfection large autour de la chambre implantable en 2 temps :
  • Aller de l’extérieur vers l’intérieur = faire un côté, l’autre côté et terminer par le milieu (site de ponction).
  • Ne jamais repasser à un même endroit.
  • Utiliser une compresse par passage puis la jeter dans le sac à déchets contaminés.
  • Respecter le temps de contact de l’antiseptique : risque de faux résultat par injection dans le circuit de prélèvement.
  • Nettoyer avec le savon antiseptique.
  • Rincer avec le sérum physiologique ou l’eau stérile.
  • Sécher avec des compresses stériles sèches.
  • Installer le champ stérile fenestré sur le thorax du patient.
  • Effectuer une seconde antisepsie de la chambre :
  • Aller de l’extérieur vers l’intérieur = faire un côté, l’autre côté et terminer par le milieu (site de ponction).
  • Ne jamais repasser à un même endroit.
  • Utiliser une compresse par passage puis la jeter dans le sac à déchets contaminés.
  • Respecter le temps de contact de l’antiseptique : risque de faux résultat par injection dans le circuit de prélèvement.
  • Antiseptique dermique.
  • Maintenir la chambre entre le pouce et l’index, piquer perpendiculairement dans le septum de la chambre avec l’aiguille de Huber, jusqu’à la butée de l’aiguille.
  • Ouvrir le robinet et vérifier le reflux : aspirer du sang dans le prolongateur et rincer la ligne.
  • Fermer la voie, retirer et jeter la seringue dans le container à déchets contaminés.
  • Adapter la seringue du produit médicamenteux prescrit et injecter la solution ou brancher la ligne de perfusion.
  • A la fin de l’administration du produit :
  • Selon la prescription ou le protocole, injecter 5 mL d’héparine de rinçage.
  • Adapter la seconde seringue de 20 mL, injecter 10 mL de sérum physiologique pour rincer la voie.
  • Puis dépiquer tout en exerçant une pression positive : c’est à dire, dépiquer en injectant les 10 mL restant.
  • Jeter immédiatement l’aiguille dans le container à déchets contaminés piquants.
  • Réaliser une troisième antisepsie de la peau avec l’antiseptique dermique.
  • Mettre un pansement.
  • Réinstaller le patient.
  • Éliminer les déchets contaminés et désinfecter le matériel utilisé ainsi que le plan de travail.
  • Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique : hygiène des mains.
  • Vérifier la concordance des étiquettes et de l’identité du patient puis étiqueter les tubes d’analyses, remplir les bons d’analyse et acheminer les tubes au laboratoire d’analyse.

Was this article helpful?

Related Articles