Les plaies chroniques : l’escarre

Définition

Une escarre est une nécrose tissulaire consécutive à une ischémie par compression artériolaire prolongé entre deux plans durs et qui évolue par étape.

Cadre législatif

  • Prévention et surveillance relevant du rôle propre : art. R.4311-5 décret 2004-802 du 29/07/2004.
  • Traitement relevant d’une prescription médicale : art. R.4311-7 décret 2004-802 du 29/07/2004.

Les différents stades de destruction et de reconstruction

Les stades de destruction de l’escarre
Stade 0 absence de rougeur
Stade 1 érythème réversible
Stade 2 érythème persistant, phlyctène, désépidermisation
Stade 3 nécrose : plaque noire sèche puis suintante
Stade 4 ulcération : décollement de la plaque noire, nécrose ouverte, visualisation de l’os

 

Stades de reconstruction de l’escarre
Stade 0 (noir) nécrose
Stade 1 (jaune) détersion : élimination des tissus
Stade 2 (rouge) bourgeonnement, rétrécissement des bords de l’escarre
Stade 3 (rose) épidermisation

Processus physiopathologique

L’escarre est du à une ischémie provoqué par la compression de la microcirculation qui est formée par des artérioles et veinules. Cette ischémie entraîne une nécrose des tissus.

  • Aux niveau des artérioles on observe une diminution du flux sanguin et donc de l’apport en oxygène (hypoxie) et diminution des apports des éléments nutritifs.
  • Aux niveaux des veinules on observe une diminution du flux sanguin ce qui entraîne une accumulation des métabolique toxique : CO2 et produits de dégradation des matières organiques.

Facteurs favorisant l’apparition des escarres

L’escarre est un effet de complication de l’alitement et de l’immobilisation prolongée.

Facteurs extrinsèques

Les facteurs extrinsèques sont liés à l’environnement matériel et personnel : ce sera la compression prolongée sur les mêmes points d’appuis, le cisaillement, le frottement ou la friction.

Ces effets sont dus au ramollissement de la peau par la macération induite soit par la transpiration, les souillures, l’absence de protection sur les fauteuils, la présence de matériels : sonde, vêtements.

Facteurs liés à l’état général

Les facteurs de l’état général sont :

  • L’âge : les personnes âgées ont une diminution de la masse musculaire.
  • La cachexie : maigreur importante.
  • L’obésité.
  • La déshydratation.
  • La dénutrition.
  • L’hyperthermie : toute élévation de 3° au-dessus de 37° entraîne une diminution de 50% de la résistance des tissus.
  • L’incontinence.

Facteurs intrinsèques

Les facteurs intrinsèques sont liés aux pathologies que présentent les patients.

  • Abolition des mouvements trophiques de sauvegarde : coma, paralysies.
  • Troubles circulatoires.
  • Hypotension.
  • Troubles métaboliques : hypercholestérolémie, diabète.
  • Troubles de l’oxygénation.
  • Pathologies au stade terminal.
  • Pathologies suscitant un alitement ou immobilisation prolongée.

Prévention des escarres

Matériel

  • Huile de massage type huile d’amande douce.
  • Matelas anti-escarres.
  • Coussins, boudins.

Réalisation du soin

  • Changer de position toutes les 3 à 4 heures en répartissant au maximum les points d’appuis.
  • Stimuler la circulation en réalisant des massages doux avec des corps gras : effleurage des points d’appuis par des mouvements circulaires sans appuyer.
  • Installer le patient sur un matelas anti-escarre : matelas à fibres, à mousses.
  • Installer des coussins et boudins pour diminuer les points de pressions.
  • Effectuer des changes fréquents pour éviter la macération et maintenir l’hygiène cutanée.
  • Favoriser l’hydratation et une alimentation saine et adaptée.

Traitements des escarres

  • Règles générales pour tout escarre.
    • Soins pour un érythème persistant.
    • Soins pour une phlyctène.
    • Soins pour une désépidermisation.
    • Soins pour une nécrose.
    • Soins pour une plaie fibrineuse non exsudative.
    • Soins pour une plaie fibrineuse exsudative.
    • Soins pour une plaie bourgeonnante.
    • Soins pour une épidermisation.
    • Soins pour une plaie hémorragique.
    • Soins pour une plaie infectée.
    • Soins pour une plaie odorante.

Matériel

  • Gants non stériles à usage unique.
  • Sérum physiologique isotonique (ne pas utiliser d’eau stérile car douloureux).
  • Compresses stériles.
  • Bistouri stérile.
  • Protection absorbante à usage unique.

Pansements en fonction de la clinique de l’escarre et de leurs propriétés :

Les pansements
Types Propriétés
Hydrogel
  • détersion
  • hydrate les tissus et les plaies sèches (teneur en eau > 90%)
  • absorbe les débris nécrotiques et fibrineux
Hydrocolloïde
  • favorise la cicatrisation
  • maintien un milieu humide : se transforme au contact des exsudats en un gel cohésif qui n’adhère pas à la plaie
  • protège les tissus néoformés : permet les échanges gazeux et la protection de la plaie
  • assure un climat chaud et humide favorisant la croissance bactérienne : favorise la phagocytose
  • facilite une détersion non douloureuse favorisant le bourgeonnement
Hydrocellulaire
  • mousse qui absorbe et retient les exsudats
  • favorise la cicatrisation : maintien d’un milieu humide sans macération (pas de formation de gel)
  • protége : effet coussin anti-pression, évite le creusement de la plaie
Alginates de calcium
  • draine les plaies très exsudatives
  • hémostatique
  • créer un milieu humide favorable à la cicatrisation en formant un gel cohésif
Pansement gras
  • favorise la détersion physiologique
Pansement à l’argent
  • effet bactériostatique et bactéricide
Pansement au charbon
  • absorbe les odeurs
  • Protection papier absorbante à usage unique.
  • Sac à élimination des déchets papier et matériel non contaminé.
  • Sac à élimination des déchets d’activités de soins à risques infectieux.
  • Désinfectant de surface et chiffonnette.
  • Nécessaire à l’hygiène des mains.

Réalisation du soin : règles générales pour tout escarre

  • Prévenir le patient.
  • Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique : hygiène des mains.
  • Installer le matériel après vérification des dates de péremptions et de l’intégrité des emballages.
  • Installation sur une surface propre et désinfectée au préalable.
  • Installer les poubelles de tri des déchets au pied du lit du patient.
  • Respecter le triangle d’hygiène, de sécurité et d’ergonomie : Propre (matériel) – Patient – Sale (poubelles).
  • Préparer des compresses stériles imbibées de sérum physiologique et des compresses stériles sèches.
  • Installer confortablement le patient.
  • Mettre la protection sur les draps pour protéger en cas d’écoulement de la plaie.
  • Mettre les gants à usage unique.
  • Enlever le pansement recouvrant l’escarre, l’éliminer, et jeter les gants.
  • Effectuer un lavage antiseptique des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique : hygiène des mains.
  • Mettre les gants non stériles.

Il ne s’agit pas d’un soin stérile mais d’un soin propre, il faut donc rester le plus propre possible.

  • Nettoyer l’escarre avec les compresses stériles imbibées de sérum physiologique.
  • Sécher le pourtour de la plaie avec les compresses stériles sèches. Ne pas sécher la plaie afin de préserver le milieu humide.
  • Evaluer l’évolution de la plaie : taille, profondeur, aspect, odeur.
  • Appliquer le pansement en fonction du stade d’évolution de la plaie.
  • Eliminer les déchets et désinfecter le matériel utilisé ainsi que le plan de travail.
  • Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique : hygiène des mains.
  • Transmission : aspect de la plaie, taille, profondeur, odeur, coloration des tissus, exsudats, état cutanée autour de la plaie, réaction du patient (douleur).

Réalisation du soin pour un érythème persistant

  • Mettre un pansement hydrocolloïde transparent qui permet d’évaluer régulièrement l’état cutané.
  • Arrêter les massages.
  • Lever la pression par un matelas anti-escarre, un coussin ou la mise dans le vide de la zone lésé.

Réalisation du soin pour une phlyctène

Objectifs : bourgeonnement, réépidermisation et cicatrisation

  • Vidanger stérilement l’ampoule.
  • Ne pas découper la peau, la conserver en l’utilisant comme protection naturelle.
  • Mettre un pansement hydrocolloïde ou un pansement gras.

Réalisation du soin pour une désépidermisation

Objectifs : bourgeonnement, réépidermisation et cicatrisation

  • Mettre un pansement hydrocolloïde ou mettre un pansement gras.

Réalisation du soin pour une nécrose

Objectif : hydrater et déterger

  • Ramollir la nécrose : mettre un pansement hydrogel ou pansement à l’alginate imbibé de sérum physiologique recouvert d’un pansement imperméable.
  • Déterger car les tissus nécrosés retardent la cicatrisation.
  • Détersion mécanique en excisant la plaque de nécrose
  • Détersion par pansement hydrocolloïde qui permet de ramollir puis décoller la plaie.

Réalisation du soin pour une plaie fibrineuse non exsudative

Objectifs : déterger et drainer

  • Enlever la fibrine pour faciliter le bourgeonnement.
  • Mettre un pansement hydrogel pour déterger et absorber les débris fibrineux.
  • Recouvrir d’un pansement hydrocolloïde transparent.
  • Possibilité d’appliquer directement un pansement hydrocolloïde s’il n’y a pas beaucoup de fibrines.

Réalisation du soin pour une plaie fibrineuse exsudative

Objectifs : déterger et drainer

  • Enlever la fibrine pour faciliter le bourgeonnement.
  • Mettre un pansement :
  • Hydrocellulaire si exsudation modéré.
  • A l’alginate de calcium et recouvert d’un pansement absorbant si exsudation abondant.

Réalisation du soin pour une plaie bourgeonnante

Objectifs : absorber et protéger

  • Mettre un pansement hydrocellulaire dont la mousse absorbe les exsudats et forme un coussinet protecteur.

Réalisation du soin pour une épidermisation

Objectif : protéger

  • Mettre un pansement hydrocellulaire dont la mousse forme un coussinet protecteur.

Réalisation du soin pour une plaie hémorragique

Objectifs : drainer, stopper les saignements

  • Mettre un pansement à l’alginate de calcium pour sa propriété hémostatique.

Réalisation du soin pour une plaie infectée

Objectifs : contrôler la prolifération bactérienne, drainer et protéger

  • Mettre un pansement à l’argent pour sa propriété bactériostatique et bactéricide.

Réalisation du soin pour une plaie odorante

Objectif : masquer les odeurs

  • Mettre un pansement au charbon pour sa propriété d’absorber es odeurs.

Risques et complications

  • Infection.
  • Aggravation de l’escarre.

Surveillances et évaluations

  • État cutané.
  • Aspect de la plaie : stade d’évolution, coloration des tissus, taille, profondeur, odeur, exsudats.
  • Hydratation du patient.

Was this article helpful?

Articles en lien